samedi 25 août 2012

Voyage en Mongolie / Trip over central Mongolia

Au Pays de GENGIS KHAN


Je vais débuter ce blog avec mon dernier voyage en date, la Mongolie, pays lointain et encore peu touristique.

Je suis partie en voyage photos au côté d'un grand photographe Bruno Morandi et de son épouse Tull , d'origine Mongole. 
Grâce à Horizons Mongols, l'agence de voyage de Tull,  j'ai pu partir 13 jours dans ce magnifique pays, peu connu.
Pour les passionnés de photos ou ceux qui veulent découvrir la Mongolie, Horizons Mongols est vraiment à recommander. On part en petit groupe ce qui permet de pouvoir d'une part apprendre la photo ou se perfectionner (Bruno est toujours de bons conseils et a plein de petites astuces, si tu me lis Bruno, encore Merci!) , de visiter certaines régions loin des sentiers battus et de pouvoir approcher au plus près les nomades et partager leur quotidien. 


Nous avons parcouru entre le 01 et le 13 juillet 1200 km en 4x4.

Notre groupe se composait de l'équipe mongole (chauffeurs et cuisiniers : merci à Batra, Pugue et Ruiga qui ont été formidables) , le photographe Bruno  et son épouse Tull qui était notre guide et interprète, bien utile car à part la langue  Mongole ou peut-être  Russe, la communication aurait été difficile!

Carte de la Mongolie avec le parcours réalisé. Et gros plan sur le circuit ci dessous :



Petites infos utiles avant le départ

Pour s'y rendre, il est indispensable d'avoir un visa. Si vous n'habitez pas Paris , comme ce fût mon cas, vous pouvez aller chez "action visa" à Lyon ou Marseille, service très rapide (en 10 jours j'ai eu le mien). Il faut compter 97 euros.


Je suis partie de Genève avec une escale à Moscou avec la compagnie Aéroflot, compagnie russe , très bien malgré des retards de vol...sur Moscou bien entendu! Mais pas de panique ils acceptent les euros en cas de petits creux, le voyage ça creuse! Partie pour 10 heures de voyage cela s'est transformé en  14 heures, mais le principal est d'arriver à bon port! 
Pour un vol AR il vous faudra débourser environ 1200/1300 euros (même en partance de Paris c'est sensiblement le même tarif).

Pour ceux qui, comme moi, auront un changement de terminal à Moscou il faut prévoir 30/40 mn de marche rapide entre les 2 terminaux ( F à D).

Pas de vaccin particulier, par contre prendre un anti moustique voir anti mouche car sinon c'est l'horreur! Et une bonne crème solaire car vous serez en altitude, même à Oulan Bator (1350m déjà).
 
Equipez-vous d'un bon duvet si vous partez en 4x4 car même l'été il fait très  froid la nuit environ 5°c voir moins,  donc prévoir le nécessaire sinon vous serez comme moi gelée sous la tente.

Avant propos

Avant d'entrer dans le vif du sujet, une petite présentation de la Mongolie s'impose!
La Mongolie est bordée au Nord par la Russie et au Sud par la Chine ; sa superficie équivaut à environ 3 fois la France.

Malgré sa taille, la population n'atteint que 2.7 millions d'habitants dont les 2/3 se concentrent sur Oulan Bator. 
C'est un pays continental où les températures baissent aux alentours de -40°c et atteignent en été 40°c.
La Mongolie est l'un des pays les plus pauvres du monde. On importe quasiment tout. Le climat explique pour beaucoup ces importations. Donc contrairement à ce que l'on pourrait croire la Mongolie est un pays "cher" comparé à d'autres pays d'Asie. Le cashmire, par exemple,  pourtant produit là bas est souvent plus cher qu'en France même à Gobi market (magasin d'usine de Oulan Bator).

La Mongolie est avant tout "le pays" des nomades, des steppes et de Gengis Khan. Les  paysages sont magnifiques et le ciel d'un bleu ...si rare en Asie. Encore faut-il qu'il n'y ait pas d'orage trop souvent...comme ce fût le cas, mais cela n'a pas gâché notre voyage au contraire. Les clichés sont d'autant plus impressionnants!
Encore un peu de patience, les photos arrivent!

C'est aussi un pays où chamanisme et boudisme se côtoient surtout depuis 1990,  car entre 1930 et 1990 les moines et les chamanes ont subi la répression de la part de leur grand frère russe, beaucoup de monastères ont d'ailleurs été détruits!



A la découverte de OULAN BATOR



Ma visite de la Mongolie a débuté par sa capitale Oulan Bator.
Oulan Bator, qui veut dire "héros rouge" en hommage à Sukhbaator, héro Mongol qui a déclaré l'indépendance de la Mongolie face à l'occupation chinoise dans les années 1920.
Je suis arrivée à 9h00. J'ai rejoint le photographe, son épouse et les 4 autres stagiaires ainsi que l'équipe mongole.
A peine arrivée à l'hôtel (Hotel Edelweiss 3*), la douche était glaciale et ce n'est pas le mince filet d'eau qui permettait de prendre une véritable douche (problème assez récurent dans la capitale). Nous sommes partis à la découverte de notre première échapée mongole.



Oulan Bator est très contrastée, mélange de culture nomade et de civilisation moderne. Mais on ressent clairement que c'est la capitale d'un pays en voie d'émergence.
Routes défoncées, nuages de poussière en veux-tu en voilà... des camions soviétiques qui traînent la patte et des Mongols qui n'hésitent pas à laisser leur véhicule en plein milieu de la route et à finir à pied en cas d'embouteillage...
A cela se rajoute des bus archibondés et une absence de code de la route, cela ressemble vite à une jungle urbaine.



Piétons faire très attention , car là bas ils ne s'arrêtent pas! Il ne s'agit donc pas de rêver ou de prendre une photo en traversant car sinon c'est la cata!



Comme beaucoup de villes en voie d'émergence, l'eau courante et l'électricité n'arrivent pas partout.
Si la Mongolie fait partie des pays les plus pauvres, elle a vu apparaître de nouveaux riches! En effet certains qui exploitent les mines ou le cashmire (2ème producteur mondial ) roulent dans de superbes 4x4. Je crois que je n'ai jamais vu autant de Humer qu'à Oulan Bator.



Maintenant place à la visite:


La place centrale : la place Sukhbaator

Place où l'héritage de Gengis Khan et soviétique sont visibles (la Mongolie est un ancien pays satellite de la Russie).

Immeuble moderne et
Sukhbaatar héros mongol des années 20



                                                                Héritage soviétique


Statue de Gengis Khan
                                           

                                            Entre modernisme et bouddhisme



Les quartiers populaires :



Marchés de rue







L'airak : lait de jument fermenté, dont les Mongols raffolent, un peu spécial quand même! Un peu acide, le goût vous reste pendant des heures dans la bouche...pas mon meilleur souvenir !





                                       les habitations populaires font penser à nos HLM,
importés par les Russes...







Les enfants s'amusent avec ce qu'ils trouvent...,
le cercle bleu est le couvercle d'un bidon plastique...




Les transports locaux :





                                  Quand je vous disais que les bus traînent la patte !.....





Le monastère GANDAN :

Ce monastère est un mélange d'architecture tibétaine et chinoise.







Le quartier des yourtes :











Comptez 1 journée pour visiter Oulan Bator.

Cela suffit pour voir l'essentiel : la place centrale, le monastère Gandan qui domine l'un des quartiers de yourtes de la capitale et les quartiers populaires pour se rendre compte de la vie quotidienne des citadins Mongols.

Mais avant de partir arrêtez-vous au restaurant City Nomade et assistez à une soirée de chants diphoniques : chants mongols. Cela vaut vraiment le détour de voir le groupe Altan Orguil!
Vous pourrez admirer les différents instruments traditionnels et écouter la musique des steppes!



Liens vers Chants Mongols



Départ pour la steppe Mongole


Nous partons le lendemain de notre arrivée à Oulan Bator  direction
le parc de Khustain Nuruu. 

Pour cela 2 4x4 dont un avec une remorque seront nécessaires pour le transport des tentes, matériel de cuisine et des denrées qui nous permettront de tenir 4 jours avant d'arriver à un premier village pour se ravitailler.
Il fait très chaud et c'est dans un nuage de poussière que nous quittons UB (Oulan Bator : comme disent les Mongols) pour notre périple aventurier dans la steppe.

Le but de notre voyage étant bien sûr d'aller à la rencontre des nomades et découvrir les paysages qui se mélent à l'infini!


En tout 10 jours de voyage nous attendent à travers différentes régions en n'empruntant que des pistes (routes quasi inexistantes et parfois les pistes sont plus sûres et sans nids de poules)





 
1ère rencontre avec les nomades :
La première étape du voyage commence par Khustain Nuruu, mais avant d'arriver à la réserve nous avons eu l'occasion de croiser des nomades.

La vie de nomade est imposée par la nature. En effet le climat difficile de la Mongolie impose à ses habitants non citadins à déplacer leur troupeau pour leur éviter le froid de l'hiver. Très hospitaliers ils vous accueilleront avec l'airak (le lait de jument). On s'est un peu forcé à boire ! 



troupeau de chèvres


1ère yourte

La yourte est l'habitation du nomade , la construction et les caractérisques seront expliquées ultérieurement.

Le parc de Khustain Nuruu :

Situé à 100 km environ de UB, ce parc est une réserve naturelle nationale pour la protection des chevaux de Przewalski et d'espèces rares comme le cerf rouge d'Asie.

Pour apercevoir les chevaux de Przewalski , il faut s'armer de patience et surtout être bon marcheur (1 heure d'ascension a été nécessaire pour les approcher). Une ascension difficile où orties et ronces sont au  rendez-vous (short à bannir! j'en ai fait l'expérience pas génial du tout) mais quel plaisir d'avoir pu les voir d'aussi près, entourrés de leurs poulains.  Rien que pour ces instants je n'ai pas regretté mon voyage car c'est exceptionnel. Pour une amoureuse des animaux et une passionnée des chevaux ce fût extraordinaire.





Nous avons eu également la chance d'apercevoir les cerfs rouge d'Asie sur notre passage!


La réserve abrite également un site archéologique de Ongot  datant du 7ème siècle. Issus de l'héritage turcs ces Ongot sont des représentations d'hommes ou d'animaux.






 Cette région est très sèche et il y a très peu d'arbres. Après 1 journée de 4x4 ce sont les premiers arbres que l'on ait aperçus.






La traversée de Bayan Gobi :
Après Khustain nous avons poursuivi par la réserve naturelle de Bayan Gobi où quelques surprises nous attendaient!

Les juments sont attachées en attendant la traite. Les poulains attendent eux aussi la délivrance avant d'aller têter de nouveau maman!




1ère surprise sur notre trajet, le cours d'eau que nous devions franchir a pris des allures de rivière , 2 heures auront été nécéssaires à la traversée.
Le photographe et 1 des chauffeurs ont dû repérer la hauteur de l'eau pour examiner où les 4x4 pouvaient traverser car à certains endroits il y avait 1 m d'eau ! Je précise que la température n'exédait pas 5°c. 




Mais ce qui nous attendait n'était pas prévu au programme. Nous sommes passés d'une température de 30°c à 2°c en l'espace d' 1/4 d'heure avec une pluie de grelons. En urgence nous avons dû réclamer l'hospitalité aux nomades car il était devenu impossible de circuler avec les 4x4!

Cela a été l'occasion de braver le temps déchaîné pour prendre des photos, témoins de notre mésaventure!





Moltsog :

 1,5 jours de 4x4 ont été nécessaires pour arriver jusqu'aux dunes de sable qui côtoient les steppes verdoyantes. Ces dunes s'étendent sur près de 200km.





Le soir le temps s'est encore gâté ! Et nous avons encore passé une nuit sous une pluie battante.





Karakorun :

Après plusieurs heures de 4x4 nous sommes arrivés à Karakorun, ancienne capitale de l'empire mongol sous Gengis Khan en 1220.


Karakorun, située au coeur de la vallée de l'Orkhon, est une ville très visitée en Mongolie pour son monastère imposant. Le monastère de Erdene-zuu (monastère Joyau) est d'inspiration tibétaine ; il est entouré de 108 stupas. Les stupas servent à la conservation des dépouilles mortelles et reliques des saints. 
Ce monastère est composé d'un ensemble de temples avec  quatre entrées dressées aux quatre points cardinaux, s'étalant sur 176 400m².


Le monastère








Ce monument cylindrique  se trouve sur les hauteurs de Karakorun , il est fait de pierres et de mosaïques. Il commémore le 8 centième anniversaire de la fondation
de l'empire mongol par Gengis Khan.



La ville de Karakorun



Les villes mongoles, peu nombreuses sont caractérisées par des toits multicolores. Même si certains mongols ne sont plus nomades ils conservent dans leur jardin à côté de la maison,  une yourte car elle est souvent mieux isolée qu'une maison!


La vallée de l'Orkhon :

Nous poursuivons notre voyage vers la cascade de l'Orkho, chute d'eau de 30m  ! La plus grande cascade de Mongolie.





Nous allons ensuite partir pour le Khangai du nord et commencer à monter en altitude, environ 2000/2300m.

Nous allons découvrir à cette occasion de nouveaux animaux et notamment les fameux yaks! et une fleur tant attendue : l'eldelweiss, ici elle pousse à profusion!




La traite des yaks (ils sont moins hauts que les yaks tibétains ce qui nous a tous surpris!). Ils sont quasiment aveugles donc il faut toujours faire attention en les approchant. Ils ont parfois des réactions bizares à cause de cette mauvaise vue!



Nous avons eu également la chance de voir au lever du matin un canard de Sibérie .



Les edelweiss!!

Le Khangai du nord est une région boisée contrairement aux régions par lesquelles nous étions passés jusqu'à présent et qui ressemble aux Vosges (sapins et champs de fleurs à perte de vue). Nous avons même croisé des Mongols en pleine chasse aux papillons!


C'est une région où serpentent beaucoup de cours d'eau , ce qui en fait une région verdoyante, la plus jolie du voyage!



Nous sommes restés quelques jours ce qui a été l'occasion d'assister à la vie quotidienne des nomades.

Les nomades n'ont pas accès à l'eau courante donc pour aller chercher de l'eau dans la rivière soit ils prennent un yak et une charrue ou pour ceux qui ont un peu plus de moyen ils y vont avec une moto.











Chaque matin après la traite des juments, le lait est préparé pour faire
la crème ou les yaourts.


Les enfants eux s'occupent de faire sécher le fromage de yak




Ce chevreau avait 2 mois, il était la mascotte du jour! Les chevreaux ne sont pas lâchés dans la steppe quand ils sont trop jeunes , ils restent près de  la yourte pour éviter d'être l'objet de prédateurs.



Le rodéo mongol !  Rien à voir avec le rodéo américain. Il consiste au dressage des jeunes poulains, activité très sportive. Les Mongols sont parfois trainés sur plusieurs mètres  avant d'arriver à calmer le poulain au galop et de monter dessus.
Le cheval est indispensable aux nomades pour se déplacer , garder les troupeaux, aller chercher de l'eau etc...

Un proverbe mongol dit : un Mongol naît sous la yourte et meurt à cheval!


Nous avons également appris à traire les yaks au cours de notre escale, pas facile du tout, car les pis des yaks sont petits par rapport aux pis des vaches!
Cela fût un moment de rigolade avec les nomades. Il faut dire que l'on ne tirait pas beaucoup de lait contrairement à la mère de famille mongole!


Nous avons ensuite repris la route, direction Tsetserleg, la dernière étape de notre voyage!

Sur notre parcours nous avons rencontré une figure de pierre. Ce sont des "pierres à cerfs" qui peuvent mesurer jusqu'à 3 m de haut (situées à environ 40km de Tserserleg). Ces stèles sont associées à un contexte funéraire et rituel et souvent situées à proximité des sépultures des premières tribus nomades.



Tsetserleg :

La ville de Tsetserleg est située à 1.700 m d'altitude, ceinturée de jolies montagnes ; c'est la capitale de l'aimag (province) de Arkhangaï. Elle est située à environ 500 km à l'ouest d'Ulan Bator.




Nous arrivons à Tsetserleg le 11 juillet. Tous les Mongols sont sur leur "31" pour assister au Naadam on se croirait à Longchamp! Les hommes revêtent leur plus beau Del (manteau traditionnel) et les femmes s'habillent de leur plus belle robe et chapeau. Les petites filles sont également vêtues comme des  princesses.



Nous n'avons pu voir que les courses de chevaux et les lutteurs . Le tir à l'arc se concentrant surtout sur UB. C'est vraiment une grande fête riche en émotions!


Le Naadam

Fête nationale mongole

Rassemble les 3 jeux virils : lutte, course de chevaux et tir à l’arc.


De petits naadams (compétitions) régionaux se déroulent dans les steppes mais le plus important est  à Oulan Bator du 11 au 13 juillet.
Nous avons pu en voir tout au long du voyage mais celui de Tsetserleg et de Burd furent les plus beaux.


Les courses de chevaux : garçons et filles de 6 à 13 ans parcourent jusqu’à 60km, souvent sans selle pour alléger leur monture!



Départ d'une course !


C’est le cheval qui est le vainqueur et reçoit les médailles.







Le jury !

La lutte : attraction principale du Naadam.
Sport réservé aux hommes de tous âges et sans distinction de poids.
Les lutteurs portent des bottes aux bouts recourbés pour ne pas abîmer l’herbe de la steppe.



Ils  effectuent avant et après le combat la danse de l’aigle.  
Pendant le combat leur chapeau « janjin » est remis à leur entraîneur. L’objectif de la lutte est de faire toucher terre à son adversaire :
 le genou, la tête ou le coude.
Le vainqueur est déclaré « aurak » (invincible).
Les plus grands vainqueurs concourent au Japon parmi les Sumos.





Le tir à l’arc : pratiqué par les femmes comme les hommes vêtus du Del 
(manteau traditionnel mongol)
Les participants doivent atteindre une cible formée de petits cubes posés à terre, à environ 60-75 mètres de la ligne de tir.
Le meilleur archer reçoit le titre de « mergen » (habile, adroit).

Le Naadam a été mis en avant par Gengis Khan pour désigner
le meilleur cavalier, le meilleur lutteur et le meilleur archer.
C’est devenu la fête nationale mongole dans les années 1920.




Notre périple s'achève sur notre dernier Naadam.  Nous rentrons au campement car demain nous rentrons sur Oulan Bator pour reprendre l'avion pour la France. 10 h de 4x4 non stop  seront nécessaires pour parcourir les 500 km entre Tsetserleg et UB.

Au retour nous avons eu l'occasion de croiser quelques chameaux , des milans ainsi que des grues. Nous apprécions une dernière fois ces paysages grandioses! A mesure que l'on se rapproche de UB, la steppe se fait de plus en plus sèche.
Nous arrivons à 19 h sur UB (10 h quasi de pistes se fût dur pour les fesses! ), en plein embouteillage c'est le Naadam qui s'achève, nous retrouvons la circulation sauvage de UB dans un nuage de poussière. c'est le retour à la civilisation!

Nous avons hâte de pouvoir prendre enfin une bonne douche (cela fait plusieurs jours que nous n'avons pu en prendre) et  profiter de nos dernières heures sur UB. Nous terminons par un resto typique mongol où nous avons pu déguster les spéacialités locales (booz : raviolis mongols et les rochoo qui sont des beignets de viande, très bons d'ailleurs, mais pas de lait de jument ouf!! ils ont de la bière : la Chinggis !).

Nous rentrons à l'hôtel à minuit pour nous lever à 4 h, 4 heures de sommeil pour 20 heures de voyage ! C'est court !  Surtout qu'au final les 20 h  se sont transformées en 24h (14h d'attente à Moscou, encore du retard comme à l'aller). Heureusement, j'avais mon ordi cela m'a permis de trier les photos (plus de 2000 prises lors du voyage) en vue de pouvoir les exposer à la rentrée.



Mais avant de clôre sur cette aventure mongole,  je vais vous détailler 2 éléments importants que sont la yourte et l'Ovoo que je n'ai pu développer avant.


La Yourte

Habitation traditionnelle des nomades mongols.

Les murs sont faits de treillis de bois maintenus par des lanières de cuir.
Ils sont recouverts de feutre épais pour l'isoler et d’une bâche.

Le toit a un trou central de 1 m de diamètre le « toono » pour laisser passer la lumière et la cheminée du poêle.
Les 2 mâts centraux tiennent le toono et symbolisent le lien
entre le ciel et la terre.
Elle est démontable en quelques heures et composée d’une seule pièce.

Les treillis sont orange, couleur qui symbolise le soleil.

La yourte est considérée comme un modèle réduit de l’univers !

Nous avons pu assister à la construction d'une yourte,  il a fallu 3 heures pour la monter!

La construction :

Le toono et les 2 mâts de soutien

Les femmes découpent le feutre pour aller sur le toit de la yourte
pendant que les hommes finissent d'attacher les treillis et de poser
une première couche isolente avant le feutre

les treillis et la pose du feutre

une fois terminée la yourte sera équipée d'un panneau solaire pour l'électricité!

L'intérieur d'une yourte :

Les meubles sont de couleur orange, couleur qui rappellent le soleil,  avec des motifs très colorés inspirés de la nature. Au fond de la yourte face à la porte se trouve un meuble servant d'autel des ancêtres, il y trône une photo du Dalai Lama et des photos de familles.

Des lits faisant également office de canapés sont disposés à gauche et à droite de la porte d'entrée.

Entre les poteaux centraux se trouve le poêle, centre de la vie familiale, sur lequel la mère de famille fait la cuisine, et qui apporte sa chaleur pendant le long hiver rigoureux de Mongolie.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'intérieur d'une yourte est très lumineux car le cercle central n'est que partiellement recouvert de feutre, pour laisser le passage au tuyau du poêle.





La yourte reprend sous une forme symbolique le lien étroit entre le peuple Mongol et la nature dans laquelle il vit, qui est la base du chamanisme , pratiques spirituelles antérieures à l'arrivée du bouddhisme.





Ceci nous ammène à l'Ovoo, un élément important en Mongolie et base du chamanisme.







L'Ovoo



Lieu sacré issu des croyances chamaniques.
L’ovoo est le plus souvent un tas de pierres qui se trouve généralement au sommet des collines, des montagnes ou tout autre
endroit surélevé.
Dans les régions où l'on trouve peu de pierres, il peut être construit à partir de sable, de terre ou de branches d'arbres.
Sur les Ovoos on trouve des étoffes bleues qui symbolisent
l’esprit du ciel : « Tengri ».
À chaque passage, le nomade passant à proximité d’un Ovoo, doit ajouter une pierre, faire 3 fois le tour et faire un vœu.


Ovoo près de la cascade de l'Orkhon

Ovoo sur le haut d'une colline




 Ainsi s'achève ce blog dédié à mon voyage en Mongolie. 
Ce voyage a été une vraie aventure humaine et photographique, 
la variété des paysages et  cette impression d'infini ont été très enrichissant.
13 jours sans communication avec le monde extérieur une vraie pose!



"C'est dans la steppe qu'est la liberté,
c'est dans la steppe qu'est le bonheur!"

proverbe mongol









Aucun commentaire:

Publier un commentaire